Ensamble Moxos

Ensamble Moxos

Ensamble Moxos

Et lorsque l’esprit de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main; Saül respirait alors plus à l’aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui.

 

« I Samuel 16 » 

Ancien Testament

 

L’Ensamble Moxos est issu de l’école de musique du village de San Ignacio de Moxos, une ancienne mission jésuite de l’Amazonie bolivienne qui a gardé jusqu’à aujourd’hui la tradition culturelle et religieuse léguée par les jésuites depuis sa fondation en 1689.

Les Moxos, sont un peuple indigène vivant autour du río Mamoré, source principale du río Madeira, au nord de la Bolivie. Ils parlent une langue proche de celle des Arawaks. Ils se soumirent aux Incas mais repoussèrent les Espagnols en 1564. Un siècle plus tard, malgré tout, ils accueillirent les Jésuites et devinrent catholiques. Ils sont au nombre de 30 000 au début du xxe siècle.

Les missions jésuites ont toujours fait rêver. Deux grands complexes de missions existaient dans les territoires de la Bolivie actuelle, celui de Moxos dans le département du Beni et celui de Chiquitos dans le nord du département de Santa Cruz. Aujourd’hui, certaines des missions de Moxos (Trinidad, San Ignacio et San Borja) ont été englouties par les inondations successives et achevées par les méfaits de l’architecture moderne.

Tous les ans néanmoins, à San Ignacio de Moxos, vers le 28 juillet (pour la fête de saint Ignace), se déroule l’une des plus belles fêtes de la Bolivie. Elle donne l’occasion d’admirer des danses guerrières d’Amazonie, une profusion de masques et, surtout, “los bajones”, les flûtes de Pan les plus grandes du monde !