De la source à l’océan

Nous avons fait de l’eau toute chose vivante.

~ Le Coran, Sourate 21, verset 30

 

Ce spectacle, ainsi que le veut le thème de cette 23e édition, porte un regard écologique sur l’eau, source de vie, comme le prolongement naturel d’une démarche spirituelle.

La fontaine (saqaya en arabe) conduit jusqu’à nous l’eau purificatrice de la source. C’est en vertu des sources que se sont bâties les grandes villes fondatrices telle Fès. Au commencement de cette nouvelle création sera donc une fontaine capable de nous faire parcourir les océans, les rivières, jusqu’aux ruisseaux des montagnes.

Tissant ensemble le monde sacré et le monde animal à travers l’évocation notamment du déluge et du Prophète Jonas ou Younès, foisonnant de références bibliques, coraniques et soufies, Spirit on the Water est aussi riche de ses incursions dans les traditions amérindiennes et amazoniennes. À travers ces grands mythes fondateurs, ce spectacle rend hommage aux civilisations antiques, de la Chine invitée d’honneur de cette édition, à l’Inde et son Gange, de la Grèce à l’Egypte. Il propose d’explorer l’importance du respect de l’eau et de la nature ; l’avenir de la planète, le nôtre, en dépend.

La mise en scène de Spirit on the Water, titre évoquant une chanson de Bob Dylan, dernier prix Nobel de littérature auquel cette création rend hommage, se veut contemporaine, plus abstraite, plus organique ! La musique aussi. On y retrouvera un grand orchestre et des emprunts à différentes traditions, mais leur alliance sera guidée par l’esprit de la nature – à la façon d’onomatopées, de bruissements et de clapotis, de hululements et de chants de baleine, entre songe aquatique et vision apocalyptique.

Le mapping, animation visuelle projetée sur les murailles, nous conviera à un voyage à travers le temps remontant jusqu’à l’origine d’une humanité menacée aujourd’hui. Voix d’ailleurs, sifflements, chants de la nature et du monde animal créeront une nouvelle symphonie dédiée à la vie.

 

Alain Weber – Mise en scène et conception

Ramzi Aburedwan – Direction musicale, composition et arrangements

Anne Le Gouguec – Coordination artistique et régie générale

Christophe Olivier, assisté de Gaël Boucault – Création lumières

Franck Marty et Spectaculaires / Allumeurs d’images – Création scénographique (mapping)

Gilles Monfort – Création sonore

Chris Ekers, Erik Loots et Antoine Aïchoun – Son

Adil El Acchab – Régie Bab Al Makina

Rachid Belhasna – Régie plateau

Snafu Wowkonowicz et Aurélie Chauleur – Régie artistique

 

De Belgique, Palestine, Etats-Unis et France, 12 musiciens réunis en orchestre :

Nicolas Draps – Premier violon

Daniela Ivanova – Deuxième violon

Laurent Tardat – Alto

Corentin Dalgarno – Violoncelle

Alexandre Furnelle – Contrebasse,

Alfred Hajjar – Ney

Tammam Saeed – Oud

Jean- Jacques Renaut – Cuivre et percussions classiques

Tareq Rantisi – Percussion

Bachir Rouimi – Percussion

 

Du Brésil :

Marlui Miranda – Chant, percussion

Caito Marcondes –  Percussion

 

De Chine :

Opéra Wu du Zhejiang

Lingling Yu – Luth pipa

 

De l’Égypte :

Mohamed Mourad Migally – Chant et vièle rababah

Bahaa Mohamed Mourad Migally – Darbuka

Mobarak Youssef Mobarak Youssef – Chant

Aboubakr Mohammed Mourad Migally – Percussion daff

Mohamed Moustafa Bikhit Dahy – Illusionnisme

Abdelrahman Hany Mohamed Morad – Danse tanourah

Salame Mahmoud Mohamed Abdelrehim – Danse tanoura

El Naggar Mohamed Morad Megally – Percussion daff

El Hamy Mohamed Mourad Megally – Chant et vièle rababah

Ramadan Hassane Youssef Aly – Chant et vièle rababah

 

De l’Espagne :

Eugenio Darias-Darias et Ana Luz Arteaga – Siffleurs de l’île de la Gomera

 

De France :

Frédéric Baron – Comédien

 

De Grèce :

Christina Koza – Chant

Vangelis Pachalidis – Santouri

 

De l’Inde :

Milind Tulankar – Porcelaines Jaltarang

Ojas Adhiya – Percussion tabla

Suva Devi Kalbelya – Danse

 

De l’Iran (Golfe Persique) :

Saeed Shanbehzadeh – Neyanbān, neydjofti, dammām

Naghib Shanbehzadeh – Tombak, zarbetempo

 

Du Koweït :

Salman El Ammari et l’ensemble Al Maas – Chants des pêcheurs de perles

 

Du Maroc :

Ulysse en partenariat avec Shemsy – Mât chinois

Souffleurs du Haut-Atlas

Mehdi Nassouli – Guembri et chant

(Distribution en cours)

 

Du Mali :

Lansiné Kouyaté – Balafon

 

 

Hamid Anbassi – Direction technique

Abdelkader Ouazzani – Production

Siham Nejjar – Accueil et logistique

Khadija Filali – Administration

Mohammed Ichoua – Direction financière

Edith Nicol – Communication

 

Remerciements à l’Ambassade de Chine, au Ministère de la Culture de la République Populaire de Chine, à Linghui Xie, Zainab Afailal, Alain Laeron, Kyriakos Kalaitzidis, Soudabeh Kia, Miriam et Christian Ledoux, Corinne Serres, Gérard Pucheu, Lhou Marghine, pour leurs conseils artistiques et leur coopération.

Date du Spectacle

12 mai 2017

Heure du Spectacle

09:00

Prix d'entrée

Catégorie B

30 €

Emplacement de l'évènement

Place Bab Makina