Axivil Aljamía - Espagne

Felipe Sánchez Mascuñano - luth, arrangements et direction artistique
Israel Paz - cantor flamenco
Javier Aguirre - viola
Wafir S. Gibril - percussions et ud
Javier Paxariño - instruments à vent
Jota Martinez - zanfona (vielle)
David Mayoral - percussions

"Ni de mauvais maure bon chrétien
ni de mauvais chrétien bon maure"
Dicton mudéjar

Perfume Mudéjar : une évocation de la musique des communautés musulmanes « mudéjares » qui restèrent en Andalousie jusqu’au XVII° siècle
Pendant huit siècles, jusqu´à la conquête définitive de Grenade en 1492, la culture islamique a été présente dans la péninsule ibérique, dans les royaumes et les califats connus sous la dénomination générique de Al- Andalus.

Entrelacer les cultures d’un même territoire mais issues d’époques distinctes et jouer la musique du XVème siècle avec le parfum du cante jondo gitan, constituent la démarche étonnante de Felipe Mascuñano qui a retrouvé dans la voix prodigieuse du cantaor flamenco Pedro Sanz l’essence de la culture mudejar.

Mudejar est la dénomination des communautés ou personnes originaires de Al- Andalus (et par conséquent islamiques) qui cohabitèrent avec le monde chrétien.
Jusqu´à une grande partie du XVII° vécurent en Espagne plusieurs communautés « mudéjares » ayant laissé leur propre style artistique dans l´architecture et dans les arts plastiques. Une très riche documentation nous parle des allées et venues de musiciens d´une cour à une autre pendant le Moyen Age,  sans que leur religion soit prise en compte. Même après la disparition du dernier royaume Al- Andalus , les communautés mudéjares continuaient à chanter et jouer de la musique chrétienne à leur façon et selon leur propre style. Quant aux chansons de geste de Maures, ils les ont fait propres et les ont chantées jusqu´à leur exil au nord de l´Afrique, où beaucoup d´entre elles ont subsisté jusqu´à nos jours.

Cet ensemble porte le nom de Jucejj Axivil compositeur qui accompagna l’infante Juan de Aragon pendant un voyage entre Huesca et Zaragoza, en août 1352, afin de le distraire de sa “vihuela de péñola”.



L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

13 Juin 2013 : 16H

Musée batha